jeudi 6 février 2014

Qui a tué Walter Benjamin?

Angelus Novus, Paul Klee, 1920
"Un tableau de Klee intitulé Angelus Novus représente un ange, qui donne l'impression de s'apprêter à s'éloigner de quelque chose qu'il regarde fixement. Il a les yeux écarquillés, la bouche ouverte, les ailes déployées. L'Ange de l'Histoire doit avoir cet aspect-là. Il a tourné le visage vers le passé. Là où une chaîne de faits apparaît devant nous, il voit une unique catastrophe dont le résultat constant est d'accumuler les ruines sur les ruines et de les lui lancer devant les pieds. Il aimerait sans doute rester, réveiller les morts et rassembler ce qui a été brisé. Mais une tempête se lève depuis le Paradis, elle s'est prise dans ses ailes et elle est si puissante que l'ange ne peut plus les refermer. Cette tempête le pousse irrésistiblement dans l'avenir auquel il tourne le dos tandis que le tas de ruines devant lui grandit jusqu'au ciel. Ce que nous appelons le progrès, c'est cette tempête. "
Walter Benjamin, Sur le concept d'histoire,  IXème thèse

Le 26 septembre 1940, dans une petite chambre de l’hôtel de France dans le village frontalier de Port-Bou, un intellectuel allemand de 48 ans, juif, émigré fuyant les persécutions nazies, se donne la mort en s'administrant de la morphine.

Le médecin, qui  rédige le certificat de décès de Señor Walter (confondant nom et prénom) pour mort naturelle, autorisant son inhumation dans le cimetière catholique, inventorie le contenu "d'une serviette en cuir, comme celles qu'utilisent les hommes d'affaires; un montre; une pipe; six photographies; une radiographie; une paire de lunettes."

Walter Benjamin est un touche à tout : historien et critique d'art, traducteur (de Balzac, Baudelaire et Proust), poète, philosophe marxiste, de l'école de Francfort.

Il se plaisait plus qu'ailleurs à Paris, première étape de son exil, qu'il ne voulait plus quitter. Sur l'insistance de ses amis, il s'enfuit au dernier moment, y laissant ses biens les plus précieux: ses livres, ses manuscrits, entassés dans des boites, avec l'aquarelle de Klee, découpée de son cadre. C'est  l'Institut de Recherche sociale de Francfort qui lui a fourni des visas pour l'Espagne, le Portugal et les États-Unis ,où il doit retrouver ses amis Theodor Adorno, Hannah Arendt.

Il part de Banyuls, devant l’hôtel de ville. A partir de Puig del Mas, le sentier grimpe raide. Walter Benjamin et ses deux compagnons de marche sont conduits par Lisa Fittko, qui fera le récit du passage.

Épuisé par l'ascension, Benjamin apprend que les autorités espagnoles doivent reconduire les réfugiés en France. Désespéré, il aurait mis fin à ses jours. Mais la consigne ne sera pas appliquée par les Espagnols et ses compagnons pourront rejoindre l'Amérique.

Il aurait mis fin à ses jours... car rien n'établit formellement le suicide, selon le réalisateur David Mauas, qui a consacré un film à cette question : Qui a tué Walter Benjamin ?

Le certificat de décès aurait été écrit avec deux encres différentes, on ne sait exactement par quel médecin. L'ingestion de morphine ne pouvait pas le tuer. La Gestapo était présente dans la ville. Peut-être le NKVD. Les inimités entre nationalistes et communistes traversent le temps, résonnent dans les témoignages recueillis 65 ans plus tard et font imaginer les pires manœuvres dans ce poste fontrière bouleversé par l'exode. L'enquête policière menée par le cinéaste pointe les lacunes, contradictions, invraisemblances du récit de son suicide de nature à jeter un doute sur la version officielle de sa mort.

Il n'est pas sûr que le spectateur soit convaincu par cette contre-enquête "sur la scène du crime". Les indices précis et concordants vont plutôt dans l'autre sens : Des idées de suicide dès 1932, une lettre, sa santé défaillante (problèmes cardiaques, radiographie dans sa sacoche), l'épuisement, la certitude que tout est perdu. On croit connaitre l'assassin, qui a aussi tué Stefan Zweig, Primo Levi et tant d'autres :  le désespoir avec son sinistre cortège de discriminations, de persécutions, et d'antisémitisme.

"La mort de Benjamin agit aujourd'hui à la manière d'un piège à fictions" dit Patrick Boucheron dans sa belle préface à Sur le concept d'Histoire (p.46)

Mais il n'est pas sûr que le film de David Mauas veuille à tout prix répondre à la question posée dans le titre du film. Le rassemblement des témoignages et leur confrontation, l'évocation de Benjamin par ceux qui l'on connu, ressuscite en effet la tragédie du temps et de l'homme. Le film suit le mouvement historique d'une pensée imprégnée par une forme de messianisme et l'idée de la rédemption, sous le patronage énigmatique de l'angelus novus. Et en cela, il atteint son but. 

Seul l'historiographe a le don d'allumer dans le passé l'étincelle d'espoir qui en est pénétrée : même les morts ne seront pas en sécurité face à l'ennemi si celui-ci l'emporte. Or cet ennemi n'a pas arrêté de l'emporter.
Walter Benjamin, Sur le concept d'histoire,  VIème thèse



____________________________________________________ 



  • L'aquarelle de Paul Klee, peinte en 1920, fait partie de la collection du Musée d'Israël à Jérusalem. Peintre allemand persécuté aussi par le nazisme, Klee est mort en exil en Suisse le 29 juin 1940, trois mois avant Walter Benjamin. 
  • Lisa Fittko :  Le Chemin des Pyrénées : souvenirs 1940-41, 1987
  • Walter Benjamin : Sur le concept d'histoire, préface de Patrick Boucheron, 2013
  • Walter Benjamin : Paris, capitale du XIXème siècle, 2003
  • Walter Benjamin : Je déballe ma bibliothèque, préface de Jennifer Allen, 2000
  • Lire le texte de Alain Brossat : Qui a tué Walter Benjamin? paru  dans la revue en ligne (Re)penser l'exil n°1(Collège international de philosophie) qui détaille la fonction thanatopolitique de L’État dans la construction de la frontière et du réfugié.
  • Le point sur la publication des œuvres de Walter Benjanmin dans  blog du journal Le Monde : "Désordres Philosophiques" 14 mars 2014, Walter Benjamin, un penseur en France 
  • Arte - Walter Benjamin (Des histoires d'amitié) - 23-01-2013 (51:57)
  


Stéphane Hessel parle de Walter Benjamin :
Stéphane Hessel - Paris - 2004 from milagrosproducciones on Vimeo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire